Protéger les arbres remarquables du Parc

  • PARTAGER

Afin de protéger le Parc et son caractère agreste, l’ASP lance une campagne de recensement des arbres remarquables présents dans ses réserves mais également sur les propriétés privées de résidents. Le lancement de ce projet d’envergure de recensement des arbres remarquables sur son territoire comporte plusieurs objectifs. D’une part il permettra à l’ASP de disposer d’un recensement exhaustif des arbres remarquables au sein de son périmètre. Cela permettra également une valorisation de ce patrimoine, notamment par une meilleure sensibilisation des résidents. D’autre part, les arbres remarquables seront localisés précisément, ce qui permettra de mieux les protéger.

L’inventaire proprement dit est une opération de comptage dans le but de repérer et de répertorier les données de terrain afin d’élaborer un outil d’aménagement. Il doit aussi permettre la participation du grand public à son élaboration. D’autre part, l’accessibilité de tous les publics au résultat final doit être garantie dans le respect de la volonté des propriétaires publics ou privés d’arbres remarquables.

Comment identifier un arbre remarquable ?

Plusieurs critères permettent de qualifier un arbre de remarquable. La plupart de ces critères varient selon l’essence de l’arbre.

  • Son âge : l’âge avancé d’un arbre est un paramètre important. Outre la consultation d’archives, il existe des éléments visibles indiquant des signes de vieillesse (arbre peu vigoureux, aspect irrégulier du tronc et des branches par exemple).
  • Sa hauteur : la mesure peut se faire à l’aide d’une croix de bucheron, qui peut se fabriquer simplement avec des baguettes. Il existe également des applications sur smartphone qui permettent ce calcul (MOTI par exemple).
  • Sa circonférence : la circonférence se mesure toujours à 1m30 du sol, dans un plan perpendiculaire à l’axe du tronc.
  • Sa localisation :la notion d’arbre remarquable est relative à un territoire. Un arbre remarquable pour une commune ne le sera pas forcément à l’échelle du Département ou de la Nation.
  • Historique et croyance : l’arbre a-t-il un intérêt historique (associé à un personnage historique, témoin de faits historiques, planté lors d’un évènement…) ? L’arbre est-il associé à une légende ou à une croyance religieuse ou païenne ?
  • Critères biologiques : l’arbre a-t-il un fonctionnement original ? Présente-t-il des adaptations particulières au milieu ? A-t-il des particularités physiologiques (ex : blanchissement d’une partie du feuillage…) ?
  • Critères esthétiques : morphologie et physionomie (aspect tortueux, enlacé, rectitude, forme animale, arbre taillé originalement, couleurs, envergure…), association du ligneux avec le minéral, intérêt paysagé.

Il n’est évidemment pas exclu de recenser un arbre exceptionnel ayant des caractéristiques autres que celles qui ont été définies.

L’appréciation de chaque recenseur est bien différente et le côté affectif de l’homme pour l’arbre est difficilement cadré par une définition rationnelle.

Pourquoi constituer un inventaire ?

Depuis longtemps et dans de nombreux contextes culturels, l’homme a pris conscience de la valeur patrimoniale particulière que présentent certains arbres. « L’arbre remarquable n’est pas seulement un arbre d’élite que sa taille ou sa forme distingue de tous les autres. C’est aussi l’arbre consacré par une histoire et qu’une collectivité humaine reconnaît comme un élément de son patrimoine » (Bourdu et Viard, 1993). La part d’histoire qu’il incarne appartient en général au domaine de l’histoire forestière et locale.

D’autres arbres relatent simplement par leur silhouette ou leur position des coutumes anciennes. De la même manière, certaines variétés d’arbres fruitiers de vergers anciens méritent d’être conservées. Ils sont un héritage bio-culturel, les témoins d’une culture et les révélateurs d’un mode de vie. Il existe aussi des arbres qui sont pittoresques parce qu’ils ont des formes étranges relevant des facéties de la nature. Tous ceux-ci sont rarement inventoriés.

A cela s’ajoute le besoin de recensement à des fins patrimoniales, environnementales et écologiques. L’arbre est attaché à un site ; il participe de la notion d’habitat ; il est un repère dans un paysage. Il s’agit donc bien de sensibiliser le gestionnaire à la valeur du patrimoine dont il a la responsabilité. Et c’est bien là que l’ASP ne peut agir seule. Au-delà de la constitution d’une base de données, c’est avant tout le moyen d’étudier, de préserver et de valoriser ce patrimoine en sensibilisant au rôle de l’arbre dans la biodiversité. En particulier, l’arbre est un marqueur fiable des changements climatiques et il peut être aisément observé.

Si vous pensez qu’un ou plusieurs arbres dans votre jardin peut/peuvent être qualifié(s) de remarquables, n’hésitez pas à contacter l’ASP qui viendra vous conseiller. Dans tous les cas, nous vous invitons à nous contacter par mail (asp@parcmaisonslaffitte.org) ou via la fiche contact (https://parcmaisonslaffitte.org/nous-contacter/) pour plus de renseignement ou pour nous envoyer vos “fiches-inventaire”.

Vous aimerez aussi
Max Lebaudy et la propriété du Val Fleuri

Il y a quelques semaines, nous vous racontions l’histoire de la salle Malesherbes. Avant d’être

Lire l'article
L’église du Parc : Notre-Dame de la Croix

A l’approche du dimanche de Pâques, fête la plus importante du christianisme, commémorant la r

Lire l'article
La villa Carmen et la « Môme Moineau »

Dans la liste des personnages célèbres qui résidèrent dans le Parc, figure la môme Moineau. &nb

Lire l'article